F1 2016 Mexico

Mexico 2016 : La valse des sanctions qui ridiculise la F1

Ce week-end avait lieu le grand-prix de Mexico 2016 sur l’Autódromo Hermanos Rodríguez à Mexico. Et comme souvent la FIA réussi le tours de force de se ridiculiser par des décisions à contre temps et pour certaines absurdes. Retour sur les 4 points litigieux du grand Prix.

Acte 1 : Lewis Hamilton se rate au premier virage

En début de course Lewis Hamilton parti en pôle position rate le freinage au premier virage et tire tout droit. En évitant la première chicane, il ressort largement devant ses poursuivants. Mais un carambolage à l’arrière du peloton provoque l’entrée de la voiture de sécurité qui annule cet avantage. Le triple champion du monde en titre ne sera pas inquiété pour cet incident.

Officiellement la FIA prétend que la télémétrie montre qu’Hamilton a suffisamment levé le pied et n’a pas tiré avantage de la situation. Mais on ne peut être que dubitatif devant cette explication au vu de premier tours effectué. Jusqu’à l’entrée en piste du safety car on voit bien que l’écart important récupéré lors de la manœuvre du 1er virage demeure.

On comprend que la FAI rechigne à briser le suspens de cette fin de championnat. Mais Lewis Hamilton aurait dû être sanctionné d’une pénalité en temps. Le pire étant que cela n’aurait probablement rien changé à l’arrivé !

Carton jaune pour la FIA

Acte 2 : Max Verstappen vs Nico Rosberg

Toujours au départ, un incident aurait pu rebattre à lui seul les carte du championnat 2016. Au premier virage, Max Verstappen voyant une ouverture pour s’emparer de la seconde place s’engouffre aux côté de la Mercedes de Nico Rosberg. En sortie de virage Verstappen élargi sa trajectoire et vient percuter la Mercedes à ses côté obligeant Rosberg à bifurquer dans l’herbe pour éviter d’empirer les choses. Et Nico conservera de ce fait sa seconde place.

Là encore la FIA n’a pénalisé personne. Pourtant, on a vu des pilotes prendre des sanction pour des contacts moins rudes. Ici Max Verstappen a fait comme si Nico Rosberg n’était tout simplement pas là. En faisant cela il a certes montré qu’il n’avait peur de personne, mais il a surtout démontré qu’il ne respecte absolument personne. Rosberg se bat pour un championnat, tandis que le Néerlandais n’a rien à perdre. Ceci dit la FIA a ici bien fait de ne sanctionner personne et de considérer cela comme un simple fait de course.

Bon point pour la FIA

Acte 3 : Max Verstappen vs Nico Rosberg le retour

Même acteurs quelques dizaines de tours plus tard. Après être remonté sur Nico Rosberg, Max Verstappen tente un freinage suicidaire pour tenter de déborder l’allemand. Finalement il perd le contrôle de sa Red Bull et laisse définitivement échapper la Mercedes et la seconde place.

La manœuvre du pilote Red Bull n’avait aucune chance d’aboutir car partie de beaucoup trop loin. Et elle inutilement était dangereuse car il aurait pu harponner la Mercedes du leader du championnat. Ici la FIA aurait à minima du donner une réprimande pour conduite dangereuse. Mais encore une fois … rien.

Carton jaune pour la FIA

Acte 4 : Max Verstappen vs Sebastian Vettel

Quelques boucles plus tard le Néerlandais se fait rattraper par la Ferrari de Sebastien Vettel. Il s’agit désormais d’une lutte pour la 3ième place du Grand Prix. Rapidement le Néerlandais effectue quelques zig-zag en piste dont il a le secret sans qu’aucune réprimande n’intervienne. Puis lors des derniers tours de course, alors que la Ferrari était pour la première fois en passe de porter une attaque, Verstappen loupe son freinage et tire tout droit. Il ne lève pas le pied et coupe la première chicane pour ressortir immédiatement devant la Ferrari de Vettel. Son team lui indique qu’il devrait rendre l’avantage à la Ferrari, mais comme souvent le néerlandais ignore la consigne.

Verstappen en toute mauvaise foi prétend n’avoir gagné aucun avantage dans la manœuvre car l’écart avec la Ferrari était le même après qu’avant l’incident. Mais il devrait peut être retourner à l’école prendre des cours de mathématique.

Dans un premier temps la FIA ne réagit pas et n’est qu’après l’arrivé que la sanction de 5 secondes tombe. Max Verstappen perd sa 3ième place et est évacué de la la salle d’attente avant le podium. C’est finalement Sébastien Vettel arrivé au pas de course qui prendra sa place. La scène est surréaliste.

Pour une fois Max est sanctionné mais on se dit que la réaction des commissaires arrive trop tard. Elle aurait dû être immédiate. Cela a indirectement compromis la course de la Ferrari qui dès lors s’est retrouvé en sandwich entre les 2 Red Bull.

Carton jaune pour la FIA

Acte 5 : Sebastian Vettel vs Daniel Ricciardo

L’acte 5 découle directement de l’erreur d’arbitrage précédent. En sandwich entre les deux pilotes Red Bull, Vettel est ralenti et se retrouve à portée d’attaque de Daniel Ricciardo. Ce dernier est remonté comme une balle grâce à ses gommes plus fraiches. Il tente une attaque osée sur la Ferrari qui oblique légèrement mais en laissant suffisament d’espace à l’interrieur. Les deux voitures passent le virage à gauche côte à côte et se touchent, mais la Ferrari reste devant.

Lors des interview la communication de l’ensemble du team Red Bull est à l’unisson, la Ferrari a bougé au freinage et mérite sanction. Cette dernière tombe plus tard dans la soirée, 10 secondes pour Vettel qui repasse 5ième. C’est finalement Ricciardo, qui récupère la troisième place du grand prix. La FIA ayant voulu se montrer intransigeante après avoir apporté des précision sur les mouvements défensifs en zone de freinage.

Cependant en regardant les images de l’action on voit que Ricciardo part d’un peu loin et arrive toutes roues bloquées dans le virage. Sans l’appuie sur la Ferrari, aurait-il réussi à tourner ? Impossible d’en être certain, d’ailleurs l’australien rate complètement la corde du virage. Par ailleurs dans la caméra embarquée depuis la Red Bull de Ricciardo, il semble que Verstappen juste devant freine très tôt à l’abord du virage.

La règle interdit les coups de volant en zone de freinage, mais la Ferrari laisse ici clairement assez de place à la Red Bull en restant positionnée en milieu de piste. L’action n’avait rien à voir avec les coups de roues violent et tardifs vu plusieurs fois lors des courses précédentes. Mais surtout pourquoi attendre autant de temps pour formuler une pénalité ? Ici on a l’impression que la sanction est fonction de l’équipe qui crie le plus fort.

Carton rouge pour la FIA

Conclusion

La FIA a loupé le coche pour ce grand prix du Mexique. Entre des réactions incohérentes et à contre temps, c’est la crédibilité même du système qui laisse perplexe. Il en ressort clairement un « deux poids deux mesures » concernant les sanctions données aux actions litigieuses en piste. Quand à Max Verstappen, bien que pénalisé légèrement pour avoir coupé la chicane, c’est le sentiment de son impunité qui se renforce. Le tout ajouté à une arrogance incroyable en piste comme en dehors, ne le sort clairement pas grandi. Mais cela fait parler de Red Bull et c’est peut être tout ce qui compte pour certains.

Et vous que pensez vous de l’arbitrage de la FIA ? N’hésitez pas à laisser vos avis en commentaires.

 Pour revoir le film de la course ça se passe ICI