Stage de pilotage en monoplace au circuit d’Abbeville

La société Pilotage Stadium propose des stages de pilotage sur le circuit d’Abbeville. Au menus nous retrouvons les habituels tours de piste au volant des GT de prestige de dernières générations : Porsche GT3 RS, Lamborgini Huracan etc.. Qu’il est même possible de conduire sur les routes avoisinantes si l’envie vous en prend. Mais ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est de vous parler des stages de pilotage en monoplace que propose cette école. En effet, pour les amateurs de sensations fortes il est possible de prendre place à bord d’une F3. 

Ces stages vous offrent la possibilité d’embarquer seul à bord pour 2 à 6 sessions de roulage dans la journée. Chaque session permettant de réaliser 7 tours de la piste de 2,3Km de long. 

Le circuit d'Abbeville

Quant au circuit d’Abbeville, il est situé en baie de Somme, non loin du Touquet et à une bonne heure et demi de Paris. Son tracé est un mélange varié de sections rapides et d’autres plus techniques. Il profite également de large dégagement ce qui en fait un circuit sécurisant et parfaitement adapté pour découvrir la monoplace. Le long de la ligne droite il y a une large butte qui donne sur l’ensemble du circuit ce qui permettra aux accompagnateurs d’observer vos exploits en piste.

L’arrivée matinale à Abbeville

L’arrivée, toujours très matinale, se fait aux environs de 8h30.

Je suis accueilli par le pilote instructeur qui m’encadrera moi ainsi que deux autres personnes au cours de la journée. Nous passons ensuite au fameux briefing : la sécurité, les trajectoires ainsi que les principes de physique qui s’appliquent sur la voiture. Tous cela est abordé en détails sans paraître trop complexe. Pour ma part j’apprend qu’une monoplace est bien plus complexe à exploiter qu’une GT. En effet ces autos de part leur conception sont plus réactives et nécessitent donc une forme de délicatesse au pilotage pour être exploités. De surcroît ces monoplaces ne sont équipées d’aucunes béquilles électroniques…

Juste après le briefing nous allons nous équiper. Un équipement classique nous est proposé, composé d’une combinaison type karting et d’un casque moto, les gants et les bottines ne sont pas compris. Je conseille de venir avec votre propre équipement, surtout les bottines. En raison de contraintes d’organisation spécifiques, le nombre de participants est plus restreint lors d’un stage en monoplace que ce que l’on peut voir lors d’un stage « GT ». C’est un plus pour ceux qui souhaitent apprendre à piloter. En effet vous vous retrouverez généralement dans un groupe de 5 à 8 personnes. Et par la même occasion vous bénéficiez d’un meilleur retour de la part des instructeurs.

Parlons de notre monture

C’est une F3 Martini datant du début des années 90, beaucoup moins évoluée que les Formules Renault 2.0. Elle est dotée d’une boîte à crabot en H inversé. C’est une monoplace à la coque en aluminium aux normes F.I.A. de l’époque.  Montée sur un moteur 2.0l  Renault (clio williams) qui développe 165 chevaux pour environ 450 kg, elle peut atteindre une vitesse maximale de 220 km/h.

Une F3 Martini utilisée par l'école Pilotage Stadium sur le circuit d'Abbeville

La Formule 3 est considérée comme le sésame d’accès à la compétition en Formule 1 pour la plupart des jeunes pilotes. En revanche, elle se diffère de la F1 car elle possède plusieurs championnats dans le monde et notamment des championnats nationaux. C’est une catégorie originaire de Grande-Bretagne.

Premiers tours de reconnaissance

Alors que nous nous approchons de la piste, nous découvrons enfin nos montures. Elles sont alignées face à nous et prêtes à partir. Le bourdonnement atypique des moteurs laisse rêveur.

Les monoplaces n'attendent plus que les pilotes pour rouler sur le circuit d'Abbeville

Avant toute chose, un tour de reconnaissance s’impose. Nous embarquons donc avec notre instructeur qui nous montre les trajectoires ainsi que les points de freinage importants. Après ces quelques tours d’observation, il est temps de découvrir la piste par nous-même.

Et maintenant, on monte à bord

Après s’être glissé dans le minuscule habitacle, je me retrouve face à un volant à la prise en main agréable ainsi qu’un petit levier de vitesse. Pas d’affichage numérique ni de carbone : l’ambiance se veut spartiate et nous rappelle avec plaisir la F1 des années 60.

Un cockpit spartiate et délicieusement vintage

On démarre

Après avoir été fermement sanglé dans mon baquet, il est temps de démarrer. Pour ces premiers tours nous suivons la pace car. Le rythme très coulé permet d’assimiler les trajectoires. Je constate d’emblée que la boîte de vitesse est difficile à gérer.

En effet celle-ci ayant des rapports très proches, on se croit souvent en seconde alors que c’est la quatrième qui est enclenchée. Lors du débriefing on me conseille donc de rester en troisième. En effet, le poids plume de l’auto et l’allonge du moteur permet déjà d’avoir de bonnes sensations. La piste se révèle assez technique, avec certaines sections rapides ainsi qu’un gros point de freinage en bout de ligne droite. Attention pour les plus téméraires la piste ne comporte pas de vrais vibreurs, mais des petites bordures en béton peu accueillantes pour les roues d’une monoplace. Hormis ce détail la piste s’avère être bien revêtu et légèrement vallonnée ce qui est assez plaisant.

En action au volant de la F3 sur le circuit d'Abeville avec Pilotage Stadium

Lors de la troisième session je commence à mieux comprendre la boîte : j’entre avec plus de vitesse dans les virages, ce qui me permet d’entrevoir tout le potentiel de cette F3.

Le debriefing de cette matinée se veut très complet : chaque moniteur nous explique individuellement les points à améliorer. Il y a un réel suivi de leur part, ce qui est très motivant pour la suite. La matinée se termine et on m’annonce que je roulerai sans pace car l’après-midi…

Le midi

Pour le repas nous nous rendons juste à côté du circuit, dans un petit restaurant donnant sur un aérodrome. Le repas est complet : entrée, plat chaud et dessert. Nous mangeons avec nos moniteurs ainsi que les mécaniciens qui s’occupent de nos voitures. L’ambiance est très détendue. Après cette pause nous reprenons la piste sans tarder.

On hausse le rythme

Les roulages de l’après-midi se font sans pace car. Ce qui paraît au début assez intimidant s’avère finalement très gratifiant : cela me permet d’appliquer mon rythme et d’avoir mes propres repères.

Au fil de l’après-midi je gagne en confiance. Le maniement de la boîte devient plus clair, je commence à exploiter cette F3. Finalement cette monoplace, qui est bien plus complexe à appréhender qu’une GT, s’avère aussi bien plus grisante à piloter.

Les formules proposées

Les stages de l’école Pilotage Stadium ne sont proposés que sur le circuit d’Abbeville.Concernant ceux en monoplace, l’offre se décline en plusieurs formules :

  • Stages découverte / initiation avec 2 à 4 séries de 7 tours (275€ à 500€): Vous découvrirez les sensations d’une monoplace mais n’aurez pas vraiment le temps d’apprendre et de profiter de l’auto surtout si la météo est variable.
  • Stages initiation + / perfectionnement 5 à 6 séries de 7 tours (575€ à 650€): Ces formules vous mobiliseront pour la journée complète et vous permettront d’avoir de bonnes bases pour les pilotes débutants ou bien de se perfectionner.

Ces offres ainsi que celles concernant les autres véhicules sont à retrouver sur le site: http://www.stadium-automobile.fr/

Conclusion

Il est vrai que les F3 proposées ne sont pas de dernière génération. Mais la sensations de vitesse au ras du sol est bien présente. Leur poids plume et cette fameuse boîte de vitesse en font de très bonnes autos pour s’initier au pilotage sur circuit. Et Pilotage Stadium vous permet de découvrir tout ça pour un budget très raisonnable. C’est la raison pour laquelle je suis retourné à Abbeville à plusieurs reprises. L’équipe est toujours aussi sympathique. Les moniteurs nous font réellement progresser sans nous brider lorsqu’on hausse le rythme.

  Notation des stages de pilotage en monoplace proposés par Pilotage Stadium à Abbeville