Comment bien choisir un stage de pilotage ?

Bien choisir un stage de pilotage en 4 points

Conduire une auto sportive sur un circuit et se prendre pour un pilote de course est un rêve pour beaucoup d’entre nous. Et ça tombe bien car de nombreuses écoles de pilotage proposent de rendre ce rêve accessible en vous mettant au volant de bolides.

Le stage de pilotage est d’ailleurs souvent un cadeau important pour lequel il s’agit de ne pas se tromper au risque d’être déçu.

Bien choisir son stage en 4 points :

Il y a pour moi 4 points essentiels à prendre en considération avant de commencer ses recherches :

1 – Définir un budget

money

Le premier point est déterminant car le budget va conditionner tout le reste. Comme partout c’est le nerf de la guerre. Et s’il est possible de s’assoir pour quelques tours de roues dans une Ferrari ou une Lamborghini moyennant une centaine d’euros, il faudra être prêt à dépenser plusieurs milliers d’euros pour espérer rouler dans une Formule 1. Et heureusement entre ces deux extrêmes il existe toute une gamme de produits pour se faire plaisir !

2 – Définir un objectif

target

Le second point, consiste à cerner les attentes vis-à-vis du stage. En effet une personne souhaitant réellement acquérir des compétences de pilotage sera déçue par une prestation trop basique. Alors qu’une autre personne pourra parfaitement se satisfaire de quelques tours de roues dans une Supercar. Ce point conditionnera le choix de la structure organisatrice. Les offres basiques étant immédiatement accessibles quand les prestations plus pointues nécessitent un peu plus d’effort de recherche.

3 – Evaluer son niveau

Little car

Le troisième point consiste à être honnête et humble vis-à-vis de son niveau de pilotage. En caricaturant un peu, il est inutile de se surestimer en tentant un stage de pilotage de type coaching « intensif » sur une vraie voiture de course, avec étude de la télémétrie etc. … simplement parce que l’on s’est bien débrouillé sur quelques sessions au karting indoor du coin. De même que celui qui commence à avoir une certaine expérience de pilotage finira par s’ennuyer ferme en participant à des stages typés « initiation ».

4 – Ne pas sous-estimer le déplacement

fatigue

Enfin le quatrième et dernier point concerne la distance avec le circuit où se déroulera le stage. Premièrement parce que plus le circuit est éloigné, plus le coût du déplacement sera important à la fois en argent, mais aussi en temps. Par conséquent le contenu du stage devra être « étoffé » en conséquence. Quoi de plus frustrant en effet que de faire de 2h de trajet pour conduire seulement 10 minutes ? Deuxièmement il ne faut pas oublier que dans « Sport Automobile », il y a le mot « Sport ». Le pilotage nécessite beaucoup de concentration et devient exigeant physiquement à partir d’un certain rythme. Il ne faut donc pas sous estimer la fatigue au moment du retour et penser à se faire accompagner.

Pour retrouver nos bons plans n’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter 😉